Archives de catégorie : Chrysopée

Chrysopée, aka Maryline Guitton, chante de la chanson française électro-acoustique.

Roulement de tambour et teasing

Aujourd’hui c’est Maryline la productrice qui vous parle. Je viens vous raconter la sortie de mon premier album de chanson française, que je chante sous le nom de Chrysopée.

Je travaille d’arrache-pied sur ce lancement.  La date de sortie est défini(tiv)e: le 29 avril 2016!  J’ai repoussé cette sortie plusieurs fois. J’avais sous-estimé le temps nécessaire et la quantité de travail pour la production, l’administration, la communication et autre -tions. J’apprends! Mais cette fois c’est la bonne. Je suis accompagnée par l’équipe Ping-Pong pour la promotion et la charmante Jessica Djaafar va me faire un site internet pour Chrysopée, tout nouveau tout beau.

En attendant, un single verra le jour le 19 février. C’est la sortie officielle des titres « Pomme d’amour » et « Cariatide » que j’avais déjà fait circuler sur les réseaux sociaux en 2013, mais cette fois dans des versions remixées. Ils seront en streaming et commercialisés sur les plateformes habituelles.

Février sera à marquer de deux pierres blanches en ce qui me concerne puisque le mois le plus court de l’année verra aussi la sortie de mon deuxième clip. Qu’il est beau! Suis trop fière. Tourné en décors naturels sur l’Ile du Frioul, vous pouvez régulièrement en voir des images sur mon compte Instagram. Teasing… Il accompagne la chanson « Cariatide » et est réalisé par Clémence Le Prévost et Charbel Raad.

D’autres infos vont suivre, concerts et release party. J’en garde pour la prochaine fois. Bonne semaine!

Ma rentrée

Amie lectrice, ami lecteur, sois bienvenu-e sur ce blog. Sorte de portail vers mes diverses activités, il tente de pallier à la dispersion de ma présence sur la toile. Chanteuse, comédienne, autrice-compositrice, performer, prof de voix, coach vocal, art-thérapeute, militante, j’ai une belle collec de casquettes. Ces temps-ci, je porte surtout celle de productrice autour de mon projet de chanson française, que je mène sous le nom de Chrysopée. Je sors un album douze titres en octobre bientôt bientôt, c’est le résultat de ouhhh années de travail, j’en suis très fière… Particulièrement parce que ça demande une patience d’ange et que ce n’est pas forcément une qualité innée chez moi!

Je présenterai des extraits de mon album samedi 26 septembre au Village des alternatives Alternatiba à République (Paris). Rdv devant la Petite Scène à midi pile.

Un clip va sortir en amont de la sortie. Restez branché! En attendant, vous pouvez visionner le teaser qui annonce cette sortie, (re)visionner mon premier clip Pomme d’amour et lire une interview parue récemment dans la Parisienne Life à propos de ma carrière en tant que Chrysopée.

En parallèle, je continue l’aventure Sororité avec mes compagnes d’improvisation Sabine Bouthinon à l’alto et Mayu Sato-Brémaud à la flûte. Pour vous donner une idée de la joie excentrique qui coule entre Sabine, Mayu et moi-même, voici deux articles contenant des tites vidéos ici et ici.

Trio de musique improvisée, Sororité est en concert le mardi 29 septembre à l’Espace Bertin Poirée. Réservation au 01 44 76 06 06 ou par mail resa@tenri-paris.com

Et puis je fais ma rentrée en pédagogie de la voix. La saison 2014-2015 s’est bien terminée où j’ai assuré le coaching vocal de la comédienne principale du prochain long-métrage d’Emilie Deleuze « Jamais contente ». Cette semaine je reprends le travail avec des ados en difficulté scolaire – ardu mais passionnant. Et enfin:

Le lundi 21 septembre aura lieu la première édition d’un Labo corps-voix, atelier hebdomadaire que j’anime au Palais de la femme.

Voilà pour les infos de rentrée. Je vous souhaite une bonne lecture sur ce blog. Il contient des petites surprises pour les curieux. Bien des bises, Maryline

Clip « Pomme d’amour » de Chrysopée

En juin 2013, je sortais mon premier clip en tant que Chrysopée, sur la chanson « Pomme d’amour » enregistrée avec Thierry Chevallier. On faisait coup double: premier clip et premier tournage dans une salle de bains. Avec les moyens du bord… Je suis contente du résultat, très « do it yourself ». J’y ai développé un travail sur le body painting, utilisant le maquillage non pour embellir mais pour raconter une histoire. Le maquillage comme trace, comme narration expressive.